BRUXELLES PARIS
Home > Info business

Le crowdfunding en Belgique

le 06-09-2012 : #bruxelles
Le crowdfunding en Belgique

Les formes de crowdfunding


Le vocable « crowdfunding » peut revêtir différentes acceptions. Aussi est-il d’usage de retenir une classification qui en distingue trois grandes formes :


Le crowdfunding constitue parfois une méthode de don d’un particulier envers un projet qui lui tient à cœur (crowdgiving). Ce don peut néanmoins être assorti d’une contrepartie : le contributeur bénéficie dans ce cas-là ordinairement d’un achat par anticipation du bien ou service proposé par l’entreprise qu’il soutient financièrement.


Le financement participatif peut également s’apparenter à un prêt entre particuliers le crowdlending : chacun peut ainsi avancer une somme d’argent à l’entreprise de son choix. Selon les plates-formes, il est possible d’effectuer un prêt solidaire, i.e. à titre gratuit, ou bien un prêt rémunéré. En pratique, cette approche est en fait assez similaire à celle du microcrédit.


La dernière forme est celle du financement participatif par entrée au capital, le crowdinvesting ou equity crowdfunding. Cette configuration permet à un individu d’investir une somme d’argent dans un projet entrepreneurial et, conséquemment, d’acquérir des titres sociaux de l’entreprise qu’il finance. Ce dernier jouit partant des droits qui sont normalement attachés à sa qualité d’associé (droit au dividende, droit de vote, etc.).

 

Vous souhaitez trouver des sources de financement pour lancer votre entreprise ou la développer.

Cependant on sait que les plus petites entreprises et des indépendants sont ceux qui éprouvent le plus de difficultés à accéder au crédit.

Alors bien souvent les entreprises se tournent vers des investisseurs indépendants et privés. En échangeant une partie du capital de leur entreprise et/ou la gestion de leur entreprise.

Depuis 2012 on voit apparaître sur le marché belge des  plates-formes permettant grand public d'investir dans des sociétés.

- Mymicroinvest est l'une des plate forme belge la plus prometteuse. Financement de projet en equity ou en emprunt. Leur communauté de plus de 30 000 membres est un atout évident à la promotion marketing des projets présentés. Leur structure permet de lever des fonds importants. Elle permet aux investisseurs de faire une mise minimale de 100 € et investir dans des start-up en croissance, avec des investisseurs professionnels tels que les fonds de capital-risque ou des business Angel aux mêmes conditions financières. Si le montant minimum demandé au public est atteint,  les fonds de l'investisseur professionnel sont libérés et le projet est financé.

- La première start-up à s'être mise sur le marché est myfirstcompany, elle permet aux internautes de soutenir des projets à partir de 50 € et jusqu'à 100 000 € maximum.

- Une autre start-up du crowdfunding s'est aussi lancée sur le marché belge du financement, il s'agit de look and fin. Pour investir le montant est fixé à 100 € et permet aux entreprises d'emprunter jusqu'à 200 000 €. Look&fin  se concentre sur les jeunes entreprises ayant déjà un historique commercial et un chiffre d' Affaire de 20 000 à 50 000 €. Aucune garantie personnelle de la part de l'entrepreneur lui est réclamé et les remboursements ne sont pas fixes. Les modalités de remboursement évolue en fonction du pourcentage du chiffre d'affaires réalisé tous les trois mois par l'entreprise.

Mymicroinvest facture ses services 6000 €, look&fin  prend une commission de 6 % sur les fonds levés, myfirstcompany propose des services gratuits et elle prendra une commission de 7 %.

 

 

voir une idée et lancer sa propre entreprise, c’est bien. Trouver des sources de financement pour réaliser son rêve, c’est encore mieux. Malheureusement, cette étape peut rapidement devenir cauchemardesque. "On sait aujourd’hui que les plus petites entreprises et les indépendants sont ceux qui éprouvent le plus de difficultés à accéder au crédit" a déclaré Sabine Laruelle, la Ministre des Classes moyennes, des PME, des Indépendant et de l’Agriculture. Elle en veut pour preuve le nombre de dossiers reçus depuis le début de l’année par le Médiateur du Crédit du CeFiP (Centre de Connaissance du Financement des PME): 140, soit une augmentation de 50% par rapport à la même période de 2011.

Depuis son entrée en fonction, le Médiateur du crédit a déjà reçu à 712 dossiers d’entreprises éprouvant des difficultés à trouver le financement nécessaire auprès de la banque ou confrontées à des problèmes de remboursement. Dans 60% des cas, il a trouvé une solution.

Bien sûr, il ne s’agit pas de  la seule organisation capable de régler ce problème récurent de financement. Les entrepreneurs en herbe peuvent également se tourner vers les investisseurs privés. Surtout si leur projet présente un potentiel de croissance assez important ou s’ils ont déjà réussi à réaliser des bénéfices. Cependant, ils doivent céder en échange une partie de leur entreprise et/ou de sa gestion. Un mal nécessaire quand un projet ne nécessite pas un apport de capital complémentaire important? Pas forcément.

Crowdfunding

Depuis le 2012, une nouvelle source de financement prend de plus en plus d’ampleur en Belgique: le crowdfunding. Venu des Etats-Unis, ce modèle de financement participatif permet au grand public d'investir dans l'économie réelle via une plateforme web automatisée et les réseaux sociaux. Actuellement, la plus connue est sans conteste MyFirstCompany. Cette start-up a il faut le dire été la première à se lancer sur le marché. Elle permet aux internautes-investisseurs de soutenir un projet à partir de 50 euros de mise et jusqu’à 100.000 euros maximum.

Et le succès est au rendez-vous. "Les premiers mois ont été positifs. Trois projets ont déjà été financés pour un montant total de 120.000 euros", indique Philippe Hijazin, l’un des deux fondateurs de la société. "Nous avons plus de 1.500 membres inscrits sur notre site et 170 sont entretemps devenus actionnaires des projets en question. Ces chiffres montrent aux entrepreneurs potentiels qu’il y a un véritable intérêt du public pour ce  type d’investissement car pour avoir accès aux détail sdes différents projets à financer, il faut être inscrit sur notre site".

Le crowfunding, c’est pour...

  • Des projets nécessitant quelques dizaines de milliers d’euros d’emprunt
  • Des projets qui ne trouvent pas d’écho dans une banque ou chez un business angel
  • L’entrepreneur qui ne souhaite pas céder un pourcentage du capital de sa société
  • L’entrepreneur qui ne souhaite pas d’intervention dans la gestion de sa société

     

En croissance

Plus récemment, Look&Fin (une filiale de la société EEBIC), une autre start-up de crowdfunding, s’est aussi lancée sur le marché belge. Ici, la limite inférieur d’investissement est fixée à 100 euros et permet aux entreprises d’emprunter jusqu’à 200.000 euros. Contrairement à MyFirstCompany, Look&Fin se concentre sur les jeunes entreprises ayant déjà un historique commercial et un chiffre d’affaire de 20.000 à 50.000 euros.

Remboursement variable

Le financement offert par Look&Fin offre aussi d’autres avantages pour l’entrepreneur. À l’opposé d’un emprunt bancaire, aucune garantie personnelle ne lui est réclamée et les remboursements ne sont pas fixes. "Les modalités de remboursement évoluent en fonction du pourcentage du chiffre d'affaires réalisé tous les 3 mois par l'entreprise", d’après Frédéric Levy Morelle.

Enfin, un jour après le lancement de Look&Fin, MyMicroInvest est venue compléter l’offre du marché. L’originalité de cette start-up réside dans le co-investissement: avec une mise minimale de 100 euros, les particuliers investissent dans des start-up en croissance en partenariat avec des investisseurs professionnels du type fonds de capital risque (venture capital) ou "business angels" et aux mêmes conditions financières. Si le montant minimum demandé au public est atteint, les fonds de l’investisseur professionnel sont libérés et le projet financé.

Crowdfunding en 5 étapes

1. Soumettez votre candidature en remplissant un formulaire sur la plateforme de votre choix. Décrivez-y votre projet, votre stratégie, vos compétences et le montant à récolter. Si votre entreprise a déjà réalisé des activités, fournissez votre bilan.

2. Votre projet est analysé par des experts et soumis à un comité de sélection.

3. En cas d’approbation, il est présenté sur la plateforme et la récolte des fonds peut commencer (3 mois).

4. Augmentez vos chances de succès en partageant le projet sur les réseaux sociaux.

5. MyMicroInvest facture ses services 6.000 euros, Look&Fin prend une commission de 6% sur les fonds levés.Pour l’instant, MyFirstCompany propose ses services gratuitement. À terme, elle prendra une commission de 7%.

voir une idée et lancer sa propre entreprise, c’est bien. Trouver des sources de financement pour réaliser son rêve, c’est encore mieux. Malheureusement, cette étape peut rapidement devenir cauchemardesque. "On sait aujourd’hui que les plus petites entreprises et les indépendants sont ceux qui éprouvent le plus de difficultés à accéder au crédit" a déclaré Sabine Laruelle, la Ministre des Classes moyennes, des PME, des Indépendant et de l’Agriculture. Elle en veut pour preuve le nombre de dossiers reçus depuis le début de l’année par le Médiateur du Crédit du CeFiP (Centre de Connaissance du Financement des PME): 140, soit une augmentation de 50% par rapport à la même période de 2011.

Depuis son entrée en fonction, le Médiateur du crédit a déjà reçu à 712 dossiers d’entreprises éprouvant des difficultés à trouver le financement nécessaire auprès de la banque ou confrontées à des problèmes de remboursement. Dans 60% des cas, il a trouvé une solution.

Bien sûr, il ne s’agit pas de  la seule organisation capable de régler ce problème récurent de financement. Les entrepreneurs en herbe peuvent également se tourner vers les investisseurs privés. Surtout si leur projet présente un potentiel de croissance assez important ou s’ils ont déjà réussi à réaliser des bénéfices. Cependant, ils doivent céder en échange une partie de leur entreprise et/ou de sa gestion. Un mal nécessaire quand un projet ne nécessite pas un apport de capital complémentaire important? Pas forcément.

Crowdfunding

Depuis le 2012, une nouvelle source de financement prend de plus en plus d’ampleur en Belgique: le crowdfunding. Venu des Etats-Unis, ce modèle de financement participatif permet au grand public d'investir dans l'économie réelle via une plateforme web automatisée et les réseaux sociaux. Actuellement, la plus connue est sans conteste MyFirstCompany. Cette start-up a il faut le dire été la première à se lancer sur le marché. Elle permet aux internautes-investisseurs de soutenir un projet à partir de 50 euros de mise et jusqu’à 100.000 euros maximum.

Et le succès est au rendez-vous. "Les premiers mois ont été positifs. Trois projets ont déjà été financés pour un montant total de 120.000 euros", indique Philippe Hijazin, l’un des deux fondateurs de la société. "Nous avons plus de 1.500 membres inscrits sur notre site et 170 sont entretemps devenus actionnaires des projets en question. Ces chiffres montrent aux entrepreneurs potentiels qu’il y a un véritable intérêt du public pour ce  type d’investissement car pour avoir accès aux détail sdes différents projets à financer, il faut être inscrit sur notre site".

Le crowfunding, c’est pour...

  • Des projets nécessitant quelques dizaines de milliers d’euros d’emprunt
  • Des projets qui ne trouvent pas d’écho dans une banque ou chez un business angel
  • L’entrepreneur qui ne souhaite pas céder un pourcentage du capital de sa société
  • L’entrepreneur qui ne souhaite pas d’intervention dans la gestion de sa société

     

En croissance

Plus récemment, Look&Fin (une filiale de la société EEBIC), une autre start-up de crowdfunding, s’est aussi lancée sur le marché belge. Ici, la limite inférieur d’investissement est fixée à 100 euros et permet aux entreprises d’emprunter jusqu’à 200.000 euros. Contrairement à MyFirstCompany, Look&Fin se concentre sur les jeunes entreprises ayant déjà un historique commercial et un chiffre d’affaire de 20.000 à 50.000 euros.

Remboursement variable

Le financement offert par Look&Fin offre aussi d’autres avantages pour l’entrepreneur. À l’opposé d’un emprunt bancaire, aucune garantie personnelle ne lui est réclamée et les remboursements ne sont pas fixes. "Les modalités de remboursement évoluent en fonction du pourcentage du chiffre d'affaires réalisé tous les 3 mois par l'entreprise", d’après Frédéric Levy Morelle.

Enfin, un jour après le lancement de Look&Fin, MyMicroInvest est venue compléter l’offre du marché. L’originalité de cette start-up réside dans le co-investissement: avec une mise minimale de 100 euros, les particuliers investissent dans des start-up en croissance en partenariat avec des investisseurs professionnels du type fonds de capital risque (venture capital) ou "business angels" et aux mêmes conditions financières. Si le montant minimum demandé au public est atteint, les fonds de l’investisseur professionnel sont libérés et le projet financé.

Crowdfunding en 5 étapes

1. Soumettez votre candidature en remplissant un formulaire sur la plateforme de votre choix. Décrivez-y votre projet, votre stratégie, vos compétences et le montant à récolter. Si votre entreprise a déjà réalisé des activités, fournissez votre bilan.

2. Votre projet est analysé par des experts et soumis à un comité de sélection.

3. En cas d’approbation, il est présenté sur la plateforme et la récolte des fonds peut commencer (3 mois).

4. Augmentez vos chances de succès en partageant le projet sur les réseaux sociaux.

5. MyMicroInvest facture ses services 6.000 euros, Look&Fin prend une commission de 6% sur les fonds levés.Pour l’instant, MyFirstCompany propose ses services gratuitement. À terme, elle prendra une commission de 7%.

Les plus lus ...

Le crowdfunding en Belgique
Comparatif fiscal France Belgique
Le crowdfunding en Belgique
Les espaces de travail collaboratifs à Bruxelles
Le crowdfunding en Belgique
Entrepreneuriat au féminin, les réseaux en Belgique
Le crowdfunding en Belgique
Le crowdfunding en Belgique
Le crowdfunding en Belgique
La Clause de non-concurrence
Le crowdfunding en Belgique
Les nomenclatures d'activités Codes NAF-NACE-CITI
Le crowdfunding en Belgique
Comparatif entre le statut d'indépendant et celui de salarié
Le crowdfunding en Belgique
Les locaux pour artistes
Le crowdfunding en Belgique
Les centres d'affaires à Bruxelles ou Business Center
Le crowdfunding en Belgique
Portage salariale en Belgique ? ça n'existe pas mais il y a SMART
Le crowdfunding en Belgique
Créer une société de management : Avantage fiscal
Le crowdfunding en Belgique
Quand est il opportun de passer en société ?