Home > Interviews

Laurent Alexandre


Évangéliste, chef d'entreprise, auteur, médecin



Puissance 1000


Son interview


 

Dans le cadre du développement de la French Tech Brussels, initié par French-Connect, nous avons rencontré Laurent Alexandre, le 01 février lors d'une conférence sur l'Intelligence artificielle ( IA) et sur la présentation de son nouveau livre. De façon directe et sans détour, il nous a sensibilisé aux impacts sociaux/politiques/économiques/philosophiques de l'IA. 

 

Qui est Laurent Alexandre ?

Laurent Alexandre, né le 10 juin 1960 à Paris, est un chirurgien-urologue français, auteur et chef d'entreprise.

S'intéressant au mouvement transhumaniste et aux bouleversements que pourrait connaître l'humanité, conjointement aux progrès de la science dans le domaine de la biotechnologie, il intervient régulièrement dans les médias à ce sujet.

Interne des hôpitaux de Paris en chirurgie urologique, Laurent Alexandre effectue le programme MBA d'HEC (programme appelé ISA à l'époque) de 1988 à 1990 pour se former au management d'entreprise sur le campus de Jouy-en-Josas, avec Bernard Ramanantsoa comme professeur de stratégie. Après avoir créé A2D Conseil SARL en novembre 1994, il fonde en février 1995 Medcost SA, avec Thierry Dispot, Denis Carradot, Cédric Banel, Emery Doligé et deux membres de sa famille.

En 1999, il cofonde avec Claude Malhuret le site de santé grand public Doctissimo. En 2000, Medcost édite le site internet Doctissimo. En 2001, Medcost, dont il est PDG, rachète Doctissimo pour 20 millions de francs. En 2008, il est racheté par le Groupe Lagardère pour 139 millions d'euros.

En 2010, il rachète DNAVision, une société belge de séquençage d'ADN. En septembre 2013, le groupe marketing internet Hi-Media, venu au capital un an plus tôt, cède ses parts au Groupe Hima, société de Laurent Alexandre. Le capital est donc réparti entre le groupe Hima (68 %), Laurent Alexandre (28 %) et JCG Médias (4 %).

En 2013, il rachète 28 % du capital du journal La Tribune au groupe Hi Media.

 

Son intérêt pour le Transhumanisme

Il pense que l'espérance de vie humaine aura une croissance très rapide à cause des technologies NBIC (Nanotechnologie, Biotechnologie, Informatique, Cognitique) dès le xxie siècle. Selon lui, les progrès de la médecine seront considérablement accélérés par la baisse du coût des manipulations génétiques.

L'allongement de la vie entrainerait des crises politiques, philosophiques, psychologiques et plus de nihilisme. Il faudrait ainsi selon lui des contrepouvoirs démocratiques, une vraie réflexion et un débat citoyen sur le contrôle et le déploiement de ces technologies.

Il redoute le risque de « neurogoulag » et de « neurototalitarisme » d'un gouvernement totalitaire pouvant se servir de ces technologies pour asservir en modifiant le fonctionnement cérébral.

Il craint l'usage de ces technologies avec un autre objectif qu'humaniste : soit certaines formes d'eugénisme assumé ou non, soit à des fins géopolitiques (que celles-ci soient à motivation étatique ou commerciale), en augmentant les capacités intellectuelles de leurs scientifiques pour gagner la bataille technologique20 (voir Surhomme), voire en affaiblissant les capacités cognitives de leurs adversaires.

Le biologiste Jacques Testart a émis de fortes réserves sur les prévisions de Laurent Alexandre fondées sur la loi de Moore, qu'il qualifie d'« énorme confusion » et a déclaré que son affirmation selon laquelle l'homme qui vivra 1000 ans est déjà né est « de l'intox »

 

Publications

 

 

 

 

À défaut vous transmettre l'entièreté de la conférence du 01 février dernier, nous vous proposons un extrait des thèmes abordés à cette occasion, également évoqués par Laurent Alexandre lors de son intervention au Sénat.

 

 

 

Interventions nombreuses

En octobre 2012, Laurent Alexandre participe à la Conférence TEDx avec une discussion ayant pour titre : « Le recul de la mort : Vers une immortalité à brève échéance ? ».

 

En février 2014, il participe à une émission de C dans l'air sur France 5 consacrée également à ce sujet, et intitulée « Google maître du monde ».

 

En février 2014, il est interviewé sur BFM Business dans l'émission Good Morning Business, sur son parcours et sur le transhumanisme mis en œuvre avec la création par Google de la société Calico.

 

En juin 2014, il réalise une keynote à la conférence USI 2014, intitulée « Les neuro-révolutionnaires ».

 

 

 

source wikipedia