Home > Carnets d'adresses

Le comptoir du relais : halte gourmandise chez le béarnais le plus célèbre de Paris

il y a 14 jours : #paris
Le comptoir du relais : halte gourmandise chez le béarnais le plus célèbre de Paris

Ce qui est magique dans la gastronomie, c'est que même lorsque vous êtes prévenu que le chef est un super bon, que le restaurant est encensé par la critique, que vous passez votre temps  à écumer les bonnes tables de la ville, et que donc, vous vous installez à la table du restaurant en question en sachant d'avance que vous allez déguster un bon repas, un peu blasé peut-être … il y a des endroits où vous arrivez tout de même à être enthousiaste comme pour un premier rendez-vous, à être bluffé par les plats qui vous sont servis, à tomber sous le charme du moment que vous êtes en train de passer … comme si la découverte de cet établissement était une véritable surprise…
Et bien c'est ce qui m'est arrivé, il y a quelques semaines, lors de mon dîner au Comptoir du Relais, au carrefour de l'Odéon, chez Yves Camdeborde.
Un moment qui mérite que je le partage avec vous.

Bonne gourmandise.
Ramuntcho


On ne présente plus Yves Camdeborde, l'inventeur il y a presque 25 ans de la " bistronomie " avec son premier restaurant, La Régalade.

Aujourd'hui c'est une star des fourneaux. Il n'y a pas un chroniqueur gastronomique ou un magazine qui n'ait pas vanté la qualité de son travail, et qui n'ait pas conseillé à arrêt dans son établissement… sans parler de la notoriété populaire acquise lors des ses prestations télévisuelles dans les 4 premières saisons de l'émission MasterChef sur TF1.


Yves, je le connais bien. Mon premier souvenir est tout simple : une salade de tomate - la meilleure que je n'ai jamais mangée ! - servie un soir d'été à la Régalade, quelques jours après l'ouverture du restaurant.

Depuis je ne l'ai plus quitté, faisant de son bistrot mon spot gastronomique préféré. Et puis j'ai eu la chance d'apprendre à connaître l'homme : un type épatant, généreux, doté d'une énergie incroyable et d'un enthousiasme communicatif. Quelqu'un qui sait ce qu'il veut et qui dit ce qu'il pense, même si cela ne fait pas toujours plaisir…un vrai béarnais quoi !


Bizarrement, depuis qu'il a ouvert le Comptoir, je n'étais pas encore aller dîner chez lui. Nous nous croisons régulièrement, en particulier chez Christian Constant, son ami et surtout son père " spirituel " lorsqu'il était son second dans les cuisines de l'hôtel Crillon (je crois qu'il l'appelle toujours " Monsieur Constant "), mais il est tellement difficile d'obtenir une table - le restaurant est minuscule - que le Comptoir restait jusqu'à ce jour pour moi, une adresse très réputée " à découvrir ".
C'est désormais chose faite, et franchement, je ne le regrette pas.

 

 


Si vous aimez une cuisine sincère, généreuse mais aussi pleine de finesse et d'originalité, que vous préférez les ambiances chaleureuses des bistrots aux fastes et au cérémonial des grandes tables étoilées, et bien il faut absolument faire un tour chez Yves Camdeborde. Vous patienterez certes peut-être de trop longues semaines pour obtenir une table, mais au final vous ne serez pas déçu.

Et si vous avez un peu de chance, appelez quelques heures avant le début du service, une table se sera peut-être désistée (c'est ce que j'avais fait ce soir-là!).


Voici le menu - unique pour tout le monde et renouvelé chaque jour - qui m'a été servi :

  • Crevettes Roses de l'atlantique justes rôties - Purée d'aubergines, pistou. La cuisson des crevettes était parfaite et le goût en bouche incroyable de fraîcheur et de parfums divers.

 

  • Grosses asperges blanches des Landes - Sauce hollandaise. Les asperges étaient croquantes et tendres à souhait. La sauce délicate et onctueuse.

 

Ok, on n'avait pas la photo des asperges blanches, alors on vous fait quand même saliver avec des vertes ! ;-)

 

  • Pigeonneau de Bretagne rôti - Blini crémeux de pomme de terre rate - Consommé en gelée, foie, petit pois et menthe. J'adore le pigeonneau, surtout lorsque la cuisson - saignante - est top. Une belle surprise avec le consommé : un mélange de parfums inattendus mais tellement agréables.
  • Fromages affinés par la maison Sanders.

Pour les gourmands, je recommande la gelée de coing servie avec les fromages...
Lait de vache cuit parfumé à la cardamome - Fraises gariguettes, framboises.
Lorsque l'on mange ce dessert, on s'imagine dans l'étable où le lait vient d'être tiré ou dans le potager où les fraises viennent d'être cueillies…

Le vin était un Minervois " La Nine " de chez Jean-Baptiste Sénat.
Le service plein de gentillesse et très pro.

Et enfin l'addition franchement sans souci pour un tel dîner : 180 € à deux (le menu est à 60 €).

Mais si vous avez la patience de faire la file avec les touristes venus du monde entier pour découvrir la cuisine de Yves, vous pouvez également opter pour une carte plus " brasserie ", mais toujours aussi délicieuse, servie - sans réservation cette fois - le midi et le reste de la journée, et tous le weekend.


Ou si vous aimez les ambiances bruyantes mais joyeuses, et le " coller-serrer ", vous pouvez vous glisser dans l'un des 2 " avant-comptoirs " situés à côté du restaurant, l'un dédié aux produits de la terre, l'autre aux produits de la mer, pour y déguster à un prix mini, des super tapas  " made in Camdeborde ".

 

Comptoir du Relais

7-9, carrefour de l'Odéon (6ème arr.) 

75006 Paris

+33 1 43 29 12 05  

métro : Odéon - Ouvert 7 jours sur 7 -  Menu dégustation uniquement le soir du lundi au vendredi.

Recevez nos newsletters